Situation dans le monde



Qui parle le français dans le monde?[1]
 

Tous les quatre ans, l’Observatoire de la langue française de l’OIF (Organisation Internationale de la Francophonie) publie un rapport sur la situation du français dans le monde. Le rapport de 2018 nous révèle que la langue française est la 5e langue mondiale par le nombre de ses locuteurs, après le mandarin, l’anglais, l’espagnol et l’arabe. Ce rapport nous apprend également que la langue française est la seule langue, avec l’anglais, à être présente sur les 5 continents.

En 2018, on estime qu’il y avait à travers le monde 300 millions de « francophones » ou, pour le dire autrement, de personnes « capables de s’exprimer en français », quel que soit leur niveau ou leur maitrise d’autres compétences comme l’écriture ou la lecture. Près de 80% de ces francophones font un usage quotidien de la langue française, même si les contextes sont variés. Cette langue, acquise dès l’enfance, arrive plus ou moins tôt et sert plus ou moins souvent.

Avec 300 millions de locuteurs, en progression de près de 10 % depuis 2014, la langue française a toutes les caractéristiques d’une langue mondiale. Selon l’Observatoire de la langue française, elle se distingue par son statut et l’influence qu’elle exerce dans différents espaces et contextes. Elle est une langue officielle pour 32 États et gouvernements ainsi que pour la plupart des organisations internationales. Elle est une langue d’enseignement pour plus de 80 millions de personnes réparties dans 36 pays et territoires. Elle est, par ailleurs, une langue étrangère apprise par plus de 50 millions d’autres personnes. Enfin, elle occupe une place importante dans les médias internationaux (TV5MONDE, RFI ou France 24, mais aussi Euronews, BBC News, la chinoise CGTN ou la russe RT) et elle arrive au 4e rang sur l’internet.

À travers le monde, les francophones qui font un usage quotidien de la langue française se répartissent ainsi : 33%  se trouvent en Europe, 7% en Amérique-Caraïbe et 1% en Asie-Océanie. C’est donc dire que désormais, la majorité des locuteurs quotidiens de français, soit 59% d’entre eux, se trouvent sur le continent africain : 44% en Afrique subsaharienne et 15% en Afrique du Nord.

La progression de la langue française dans le monde est donc déjà attribuable en grande partie à la croissance démographique africaine. La progression du nombre de personnes capables de s’exprimer en français -idéalement capables aussi d’écrire et de lire le français- dépendra toutefois de plus en plus nettement à l’avenir des conditions qui seront mises en place pour favoriser la scolarisation en français de la population africaine. Les défis reliés à cette scolarisation seront, de l’avis de nombre d’analystes et observateurs, très difficiles à relever. Selon les données recueillies par les chercheurs de l’Observatoire de la langue française, plus de 30 millions d’enfants ne sont pas encore scolarisés en Afrique subsaharienne  et 71% des enfants en deuxième année du primaire n’ont pas un niveau de français suffisant pour leur permettre de comprendre une information claire donnée oralement ou le sens d’une série de mots écrits.

En Afrique subsaharienne, les pays où l’on retrouve le plus grand nombre de locuteurs quotidiens de français sont : la République démocratique du Congo, avec 42.5 millions de locuteurs, le Cameroun, avec 10 millions, et la Côte d’Ivoire, avec 8,2 millions.  

En Afrique du Nord, on estime qu’il y a 13,8 millions de locuteurs quotidiens de français en Algérie, 12,7 millions au Maroc et 6,0 millions en Tunisie.

En Europe, c’est bien sûr en France qu’on retrouve le plus grand nombre de locuteurs quotidiens de français –ils y sont 66 millions-, puis en Allemagne, où ils sont 12,2 millions, au Royaume-Uni, où ils sont 10,9 millions, en Italie, où ils sont 11,5 millions, en Belgique, où ils sont 8,6 millions, et en Suisse, où ils sont 5,7 millions.

En Amérique, c’est au Canada qu’on retrouve le plus grand nombre de locuteurs quotidiens de français. Selon les données compilées par l’Observatoire de la langue française, ils sont 7,8 millions au Québec et 3,1 millions dans les autres provinces.  

Toujours selon les données qu’ont pu compiler les experts de l’Observatoire de la langue française, il est à prévoir que les francophones seront plus nombreux que les hispanophones, les arabophones, les lusophones et les germanophones, et ce, à compter de 2025. On estime qu’ils seront alors 518 millions et qu’en 2065, soit dans une cinquantaine d’années, ils pourraient même être plus d’un milliard.

D’année en année, le centre de gravité de la francophonie continue de se déplacer vers le sud. Sur les quelque 22,7 millions d’individus qui sont venus grossir les rangs des francophones au cours des dernières années, 68 % se trouvent en Afrique subsaharienne et 22 % en Afrique du Nord, mais seulement 3% résident en Europe et 7% en Amérique.

La progression du nombre de francophones varie donc selon les continents et les pays. Le pourcentage de la population francophone a toutefois tendance à demeurer stable dans la plupart des pays. Dans la majorité des cas, ce pourcentage est inférieur à 50%. Les seuls pays ou territoires où le pourcentage de la population francophone est supérieur à 50% sont : la Fédération Wallonie-Bruxelles (98%), la France (97%), la Principauté de Monaco (97%), le Québec (93%), le Luxembourg (92%), la Belgique (75%), l’île Maurice (73%), la Principauté d’Andorre (70%), la Suisse (67%), le Gabon (66%), la République démocratique du Congo (59%), la Tunisie (59%), les Seychelles (53%) et la République du Congo (51%).
 

[1] Sources : http://observatoire.francophonie.org/l-observatoire-de-la-langue-francaise/ 
                Et/ou
La langue française dans le monde,
 Gallimard/Organisation Internationale de la Francophonie, Paris, 2018
 

© 2019 Association Québec dans le monde | Conception et programmation : IGM Informatique inc